fbpx

Biographie

Depuis leurs débuts dans les années 90 à Dakar, Faada Freddy et Ndongo D. œuvrent pour la création d’un pont entre leur culture et le reste du monde. Leurs textes engagés en wolof, en anglais ou en français, ont toujours portés l’espoir d’un monde meilleur avec un optimisme sans faille. Leur musique est née d’un savant mélange entre les traditions séculaires des griots du Sénégal et les genres musicaux qui ont influencé leur style si particulier, de la funk-soul de James Brown, au rock-psyché de Pink Floyd, en passant par le poids lourd du hip-hop américain Public Enemy et le reggae de Bob Marley. 

En formation live band, leur hip-hop « énergique » se fait l’écho de leurs préoccupations sociales : l’éducation, l’écologie, la protection de l’enfance. Le groupe s’engage pour une vraie identité africaine, pour les générations futures, et s’élance avec la fougue et l’urgence que donne la sensation d’une mission à accomplir. 

En plus de 20 ans de carrière et 1000 concerts à travers le monde, ils ont eu l’occasion de se produire en première partie de Wyclef Jean, Public Enemy et Mos Def aux USA, aux côtés de Peter Gabriel lors du Womad, avec Africa Express et Damon Albarn à Londres et à Lagos, aux Transmusicales de Rennes, au Solidays etc. 

Quatre albums sont sortis entre 1997 et 2010, dont “Boomerang“ lauréat du prix du meilleur album aux BBC World Award en 2003, qui illustrent l’étendue du registre du groupe et leur incroyable capacité à réunir les continents de Dakar à New York, de Paris à Kingston. 

Aujourd’hui, Daara J Family reste l’un des groupes phares de la scène hip-hop venant d’Afrique et un de ses meilleurs ambassadeurs. Le duo a gagné en maturité et entre leurs projets solos respectifs, les deux amis d’enfance N’Dongo D et Faada Freddy, portés par la même fougue qu’à leurs débuts et forts d’une nouvelle impulsion créatrice, repartent sur les routes ! 

Le premier single « Oyé » sorti début 2018 a été sélection Deezer ; suivi d’un featuring remarqué du groupe sur « Give me your love » de Thomas Broussard, playlisté sur bon nombre de radios. 

Après de nombreux mois d’attente, Daara J Family sort enfin son nouvel album «Yaamatele» le 17 janvier 2020, avec notamment un featuring puissant de Gaël Faye. 

Qui de mieux placé que Felwine Sarr (à la fois écrivain, économiste, musicien…) pour témoigner du parcours exceptionnel des deux complices de toujours, Faada et Ndongo D, ainsi que de l’universalité des messages transmis tout au long des 12 titres de cet album : 

« S’il est un lieu où le Daara-J Family retourne régulièrement, c’est bien celui du chantier de l’humanité, qui n’est jamais achevé et pour lequel il faut sans cesse remettre le cœur à l’ouvrage. Ici, il s’agit du cœur sensible, celui d’une musique dont l’alchimie est faite de vibrations où s’entrechoquent des sonorités africaines, Hip Hop, des harmonies vocales, une propose poétique et une rythmique à contretemps d’un monde hanté par la promesse d’un futur post-humanisé et technologique où l’homme augmenté d’artefacts accroit sa puissance d’agir tout en laissant en friche la sagesse nécessaire à une mutualité féconde et heureuse. Ce sont ces questions fondamentales qu’affrontent Yaamatele, le dernier opus de Ndongo D et de Faada Freddy, qui est une allégorie d’une humanité sous l’emprise des séductions et aliénations technologiques et pour laquelle ils portent un rêve actif de liberté, de justice, de beauté, et de montée en humanité. 

Leur musique est ici conçue comme un art de la participation où celui qui écoute densifie cette mémoire sonore en partage. Elle lui évoque des comptines de l’adolescence, des chants d’initiation, un déjà-entendu quelque part, une musique que l’on porte en soi et qui soudainement se révèle à votre oreille embellie et portée à incandescence. Il est de ces rendez-vous que l’on vous donne, dans l’espace du sensible, avec la meilleure part de vous- même. Le voyage à travers cet album relève de cette expérience-là. On en ressort irrémédiablement affecté par un rai de lumière et le réveil de forces endormies ne désirant que se remettre en action pour approfondir le jour qui monte et adoucir le chaudron du monde.» Felwine Sarr